Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Louis

XIV. -647-4?.

(a) II difoit que fi on vouloit Ie féduire, il a'y avoit qu'a lui offrir des livres. Etant jeune , il entra chez les Chartreux , il y prit 1'habit. Comme il étoit tourmenté de tentations , que la folitude n'amortiffoit pas , le Supérieur lui permit , lorfqu'il fe fentiroit preffé , de tinter la cloche du chceur, afin , d'avertir fes confrères de fe mettre en prieres pour lui obtenir la viétoire fur 1'efprit immonde. Mais le jeune Moine recourut fi fouvent k eet expédient, que le voifinage fatigué s'en plaignit: & on fut obligé de lui interdïre eet exercice. Menagiana, t. 4,p. 96, & Mém. d'Artagnan , torn. 1, p. 234.

158 I/Intrigue

fi abaijfé dans fia conduite d [égard de la Reine & des Minifires, qu'il en étoit ridicule & fians efiime dans le Cabintt. II n'étoit pas en meilleure odeur auprès d'un certain public, paree qu'il palToit pour 1'homme de la Cour contre le Parlement. D'ailleurs, il lui étoit échappé de dire en pleins Etats, qu'il y avoit deux fiortes de conficiences ; tune d Etat, qu'il falloit accommoder d la néceffué des affaires ; l'autre, d nos aclions particulieres. Cette propofition fcandalifa a jufle titre, & öta au Chancelier la confiance du public, qui eft Ie plus bel apanage d'un homme en place (<z).

Sluiten