Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Ïï4 Chap. VIL PRIX DES DENRÉES &c.

jourd'hui les marchandifes] coma en 1482 pour être batie 5305 florins & 5 fols. On avoit. commence a la batir en 1448, les Maïtres ouvriers gagnoient alors 2 fols Qjluivers) par jour, & les compagnons un fol & demi (94).

En 1454. le gain ou falaire d'un fimple ouvrier, fort charpentier, foit macon, ou autre quelconque (dit Boxhorn en faifant le rédt de ce que couta la Tour a Zirckzée) étoit alors par journée 3 gros, & celui d'un aide-macon un brafpenning: (ce qui faifoit au compte d'aujourd'hui 2l gros) (95).

Afin de mieux comprendre qu'avec ce médiocre falaire on pouvoit alors fuffire aux dépenfes pour la no;;rriture &c. je placerai ici, dit 1'Auteur (Boxhorn) une annotation qui a été confervée dans la dite viile de Zirckzée.

„ Dans l'année 1495 le falaire qu'un Ouvrier „ retiroit du travail de fa journée , lorfqu'il „ fortoit le matin avec fa béche de la ville de „ Zirckzée pour aller travailler dans la cam„ pagne, lui fuffifoit pour acheter les articles s, fuivans, & il avoit encore de refte:

„ Un huitieme [agtendeef] de froment ^ pour . 4 gros

s, Un pot de vin . . . 1

(04) Commelin Tome II. pag. 912. Cl>5 ) Ryomrsbergen, cuaiinué par M. v an tl 0 xkorn, Tome 1. pas. .322.

Sluiten