Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

14 Chap. I. IDÉÉS GÉNÉRALES

que'celui■ ci, en èchange de la première, céde a fon tour an équivalent (n)

C'efl: proprement dans eet Echange que confifte le Commerce. Je le répete, il efl: eflentiel que cette idéé foit claire a 1'efprit, afin d'envifager toutes les opérations dans leurs vrais rappons: car fi eet Echange peut fe faire immédiatement & fans frais, c'eA a-dire fans intermédiaires, par lefquels j'entends principalement les différentes opérations qui doivent être faites avant que les marchandiks arrivent du vendeur h l'acheteur, il n'en fera que plus avantageux aux deux agens. Combien de ventes & d'achats ne doivent-ils pas fe faire, & ne fe font-ils pas réellement, avant que la marchandife foit chez celui qui en doit faire ufage ? Combien de fois, [& prefque toujours] 1'or & 1'argent ne doivent-ils pas venir a notre fecours, comme gage intermédiaire ou marchandife repréfentative, pour faciliter ces mêmes opérations?

C'efl eet or & eet argent, en lingots ou monnoyés, qui étant devenus 1'ame du Commerce, devroient être la mefure jufte de nos opérations, & de toutes les affaires que nous

(i O Voyez l'EncycIop. d'Yverdun , au mot Commerce 9 S>»ge 473.

Sluiten