Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

s34 Chap. VII. CONCLUSION &c.

feconde Partie, mais pour cela il faut attendre des tems plus tranquilles, car nous fommes tres éloignés de vouloir nuire a fon Crédit dans les circonftances aétuelles, oü des efprits peu au fait de ces matieres pourroient mal interpréter nos expreffions & nos intentions. Toute ï Europe a aujourd'hiri les yeux fur ï Angleterre: fes démêlés avec les Colonies n'entrent point dans la fphere de la matiere que nous traitons dans cet Ouvrage; non que nous ne fentions les fuites, peut-être malheureufes de cet événement: car la guerre que ces démêlés ont déja allumée en Europe, doit être regardée comme une vraie guerre de Commerce, & j'ofe avancer que c'eft des conditions de la Paix qui la terminera que dépend la félicité des

HABITANS DE TOUTE l'EuROPE.

foutenir les opérations qui fe font for les fonds d''Angleterre &c. ? Si on n'avoic pus étendu ces reflbutcea auffi fortcment qu'o:i Pa fait depuis quelques années, il eft vraifemblable que le Gouvernement Antrlois auroit été obligé de faire un accommodement avec les Colonies fur le continent de YAmérique, ce qui , pour ne rien dire jde plus, auroit probablement tourné a 1'avantage de la Nation.

Sluiten