is toegevoegd aan je favorieten.

Oeuvres badines, completes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Tiran ie Blanc 24.5» Perfe, de Tana, de la petite Inde, de Damas , de Giber, de Grenade & d'Africa. Hs étoient prefque tous parens d'Efcariano. Ceux qui avoient le moins de troupes conduifoient quarante-cinq mille combattans. Les rois de Beimarine & de Tunis les joignirent auffi avec quatre-vingt mille hommes. Toutes ces armées arrivèrent au fiège. La reine envoya prier un jour Tiran de lui venir parler. Quoiqu'il ne fut pas encore guéri de fes bleffures, il fe rendit dans fa chambre. A fa vue la joie éclata dans les yeux de la reine, elle le fit affeoir a fes cötés, & après avoir gardé quelque temps le filelice, elle lui dit en rougiffant, & d'une voix mal affurée..

Je revois la lumière en te voyant, toi a qui tout eft foumis, & qui commandes a tout ce que le grand Dieu a créé. Tu furpaffes tous les chevaliers du monde; dis-moi, brave chevalier , quelle eft la caufe du changement & de la maigreur que je remarqué en toi. Tu n'étois point dans eet état quand tu fis la merveilleufe conquéte de ce chateau. Avec quel plaifir te vis-je alors arriver dans cette aéplorable prifon, moi qui ne pouvois foulfrir mon mari & qui n'ai d'amour que pour toi, le meilleur des. meilleurs chevaliers du monde. Je fais que je ne pourrai jamais xeconnoitre les fervices

Qiij