Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

s^6 SoiRêES du Bots

elle-même : hélas ! d:t-?!le avec un foupir, Il n'y a que pour moi qu'il n'eft & qu'il ne fera point de parens.

Trois ans s'écoulèrent de cette forte, je ne manquois jamais les après-dinées de me rendre auprès d'elle; j'y allois-toujours avec un nouveau plaifir, & 1'heure ne m'en arrachoit qu'avec une peine toujours nouvelle.

Ma mère me preffa alors d'entrer dans les ordres, je n'avois garde de le faire ; elle voulut engager mon père & mon oncle a m'y obliger : mais je fus leur étaler fi fortement & fi refpeétueufement les obligations de 1'état eccléfiaftique , & combien il étoit néceftaire de faire de longues & de müres réflexions avant que de 1'embrafler, que mon père & mon oncle trouvèrent que je penfois en honnête homme; & qiie ma mère fut contrainte d'en convenir avec eux. Cependant, de temps en temps, elle réveilloit fes perfécutions fur ce fujet; toujours inutilement a la vérité , mais elles cefsèrent bientót par un des plus grands malheurs que je devois éprouver. Une tluxion de poitrine emporta mon frère , & je devins 1'unique efpérance de la maifon. Malgré ces avantages, & les fujets de mécontentement qu'il m'avoit donnés , je fus plus fenfible a fa mort que je ne puis dire, peut-être paree que mon père,

Sluiten