Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ET LA PRINCESSE GRENADINE. 239 nadine; ce qu'il y a de trè-afluré, c'eft que Furette accourut avec une diligence extreme, ck qu'elle arriva dans le moment que le prince fit 1'aveu de fa paffion ; il eft encore certain que fon premier foin fut d'avertir le roi de tout ce qui fe paffbit. II ne voulut point ajouter foi aux premiers difcours de la fée; la certitude fit fuccéder la fureur a ce doute , car 1'amour-propre offenfé ne pardonne point a ceux dont il eft devenu la dupe ; auffi le roi tourmenté de toutes ces idéés, conjura la fée de faire un exemple févère, & de punir a la fois ck Ia témérité du prince & la défobéiffance de fa fille. Que ne fait point un jaloux pour être vengé ! On dit que fes prières furent tendres, ck qu'il 1'aflura même que ce procédé pourroit toucher fon cceur. Ainfi Furette, qui pour beaucoup moins auroit bouleverfé 1'univers, exauca fa prière : d'un coup de fa baguette, le prince devint le plus beau limacon bleu que l'on ait encore vu, ck la princeffe, la plus jolie perruche que 1'Amérique ait jamais produite. Ils étoient enfemble au moment de cette cruelle métamorphofe, s'ils virent leur aimables figures s'évanouir, ils eurent du moins la confolation de n'être point féparés : mais quoiqu'onleur eut confervé 1'efprit ck la mémoire, quelle converfation peuvent avoir une perruche ck un limacon ? Ils pouvoient cependant être plus malheureux; penfer que l'on eft aimé , fe fouvenir de fes plaifirs, c'eft du moins une confolation. Le prince

Sluiten