Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A L'HIST. PHILOSOPHIQUE. 493

doient chaque mois la même ponion de leur induftrie.

Les mendiants même étoient taxés k des contributions fixes que des travaux ou des aumónes devoient les mettre en état d'acquitter.

Au Mexique, 1'agriculture étoit très-bornée, quoique le plus grand nombre de fes habitants en fiffent leur occupation unique. Ses foins fe bornoient au maïs & au cacao, & encore récoltoiton fort peu de ces produétions. S'il en eüt été autrement, les premiers Efpagnols n'auroient pas manqué fi fouvent de fubfifhmces. L'imperfeétion de ce premier des arts pouvoic avoir plufieurs caufes. Ces peuples avoient un grand penchant a 1'oifiveté. Les inftruments dont ils fe fervoient étoient défeétueux. Ils n'avoient dompté aucun animal qui put les foulager dans leurs travaux. Des peuples errants ou des bêtes fauves ravageoient leurs champs. Le Gouvernerment lesopprimoit fans relache. Enfin, leur conftitution phyfique étoit finguliérement foible, ce qui venoic en partie d'une nourriture mauvaife & infuffifante.

Celle des hommes riches, des nobles & des gens en place avoit pour bafe, outre le produit des chalTes & des pêches, les poules d'inde, les canards & les lapins, les feuls animaux, avec de petits chiens, qu'on eüt fu apprivoifèr dans ces contrées. Mais les vivres de la mulcitude fe ré-

Sluiten