Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A L'HISÏ. PHILOSOPHIQÜE. A9?

être unique de lumiere, par 1'imperfeétion de ce» hiéroglyphes!

C'étoient des tableaux tracés fur des écorces d'arbre, fur des peaux de béte fauve, fur des toiles de coton, & deftinés a conferver Ie fouvenir des loix, des dogmes, des révolutions de 1'Empire. Le nombre, Ia couleur, 1'atdtude des figures: tout varioic felon les objets qu'il s'agiffoit d'exprimer. Quoique ces fignes imparfaicsne duffent pas avoir ce grand caraétere qui exclut tout doute raifonnable, on peut penfer qu'aidés par des traditions de corps & de familie, ils donnoient quelque connoilfance des événements paffés. L'indifférence des conquérants pour tout ce qui n'avoit pas trait a une avidité infatiable leur fit négliger la clef de ces dépots importants. Bientöt leurs moines les regarderent comme des monuments d'idoMtrie; & le premier Evêque de Mexico, Zummaraga, condamna aux Hammes tout ce qu'on en put raflèmbler. Le peu qui échappa de ce fanatique incendie & qui s'eft confervé fous Pun & 1'autre hémifphere, n'a pas diflipé depuis les ténebres oü la négligence des premiers Efpagnols nous avoit piongés. ^ On ignore jufqu'a 1'époque de la fondationde 1'Empire. A la vérité, les Hiftoriens Caftillans nous difent qu'avant le dixieme fiecle, ce vafte efpace n'étoit habité que par des hordes errantes & tout-a-fait fauvages. Ils nous difent que vers Suppl. Tome I. li

Sluiten