Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 33 )

Ta tnère & moi, par exemple, nous nou»' étions beaucoup vus avant de nous maner. Eh bien ! elle m'a dit cent fois que je 1'avois trompée ; je lui ai dit cent fois qu'elle m'avoit furpris. Toutscela s'eft arrangé; car il

faut bien que cela s'arrange. En vérité,

mon père, voila d etranges maximes ! .

Ce font les maximes du monde , & le monde n'eft pas un fot. Les petites gens ont befoin de s'aimer pour être heureux dans leur me'nage; mais pourvu que les gens riches vivent de'cemment enfemble, leur aifance les met d'accord. Allons, ma fille, de Ia re'folution, du courage, de la gaieté, tout ira bien !

Le père fort après avoir prononcé ces mots. La fille, qui cache dans fon fein une amoureufe foiblefTe, écrit a fon amant qu'on la marie malgré elle, mais que 1'hymen lui rendra ce que 1'ufage lui ravit. Elle %ne le contrat; la noce n'eft pas différée, & fix femaines après elle a Tart d'inftaller fon amant dans fa fociété. Celui qui s'en doute le moins, c'eft le mari. S'il vouloit en parler.

Sluiten