Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

5ot L * r t * i t b»

Lettre h Madame de T***.

Le 6 Avril 1771.

u n violent rbume , Madame , qui me met hors d'état de parler fans fatiguer extrêmement,, me fait prendre le parti de vous écrire mon fentiment fur votre enfant, pour ne pas le laisfer plus, longtems dans l'état de fufpenfion 011 je lens bien que vous le tenez avec peine, quoiqu'il n'y ak point felon moi d'inconvénient. Je vous. avouerai d*abord que plus je penfe a l'expofition lumineufe que vous m'avez Uhs, moins je puis me perfuader que cette roideur de caraétere qu'il manifeüe dans un êge fi tendre» foit 1'ouvrage de la nature. Cette mutinerie, ou fi vous voulez, Madame, cette ferme.é, n'eft pas fi rare que vous croyez, parmi les enfar.s élevés comme lui dans lopulence, & j'en fais dans ce moment même a. Paris, un autre exesnple tout femblable. , dont la conformité m a beaucoup frappé; tandis que. parmi les autres enfans élevés avec moins de follicitude apparente, & a qui 1'on a moins fait fentir par-la leur importance, je n'ai vu de ma vie un exemple pareiL Mais laiflbns quant a préfent cette obfervation qui nous meneroit trop loin , & quoi; qu'il en foit de la caufe du mal „ garlonsdn remede.

Sluiten