Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(34)

de feigneurs & dames. II ne prévoyoit pas ce fpeclacle, & la pompe de la majefté Ta frappé au point de 1'interdire & de fuspendre fes facultés. La reine & M. le comte d'Artois, qui fe font appercus de fon embarras, Font rafftii«é\ par un accueil rempli de bonté. Ils Font encöüragé: il s'eft remis; il a en 1'honneur d'accompagner la reine & fon augufte frere; il a chanté feul; il a contrefait les différentes voix de Fopera, furtout de Legros, & il aeu lebonheur de plaire & de ne pokit tromper la haute idéé qu'on avoit donnée a S. M. de fon talent naturel.

Durant la féance, M. Garat, onenthoufiasmé ou tremblant du róle qu'il jouoit, & furtout de la bouffonnerie a laquelle il venoit de fe liTrer,s'eft écrié comme involontairement.^/y? mon pere me voyoit ici, qu'eft-ce qiiil diroh? Le maréchal de Duras lui a répondu: Monfteur, on fera en forte qu'il nyaura pas lieu de s'en repenlir.

Du refte M. de Vaudreuil avoit apporté toutes fortesde délicatefle dans fon invitation, jusqu'a lui écrire que la reine Fautorifoit a choifir le jour & I'heure qui lui convenoient.

13 Janvier 1783. Depuis quelque tems, les négociations pour la paix, qu'on croyoi t, il y a fix femaines, fur le point de fe terminer, fans en ïechercher les raifons politiques, femblent darts une forte de ftagnation. Un jjoëte envifageant

Sluiten