Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 240")

'vorx pour cet acte de pieté &a brillé durant 3a meffe.

On aremarqué avec douleur cue les memtres de la chambTe qui afliitoient autrefois «n foule k cette adoration périodique, s'en •exemptent affez légerement depuis quelq; es •années, & furtout qu\a celle-ci il y avoit trés peu d'adorateurs,

Arril 178*. M. JaJasavocr.t aux

& d'acquénr to;'t a coup une grande cclebrité. 11 eft queftion de mémoires qu'il a •faits pour un Sieur Be fa lire paffé en Pruffe, y ayant ob'tenu la cenfiance de oe fouve- i rain ,& qu'il avoit mis a la tête de fes finan•ces, enfuite chaffé &c. II y a dit des chofes . qui ont paru indirecrement injurieufes Sa tvlajefté Prulïienne,

Fénouillet de C/ofey, 'fon avocat adverfe, a relevé ces paragrapbes, les a raffemblés & a fait voir combien ils bleffoient la Ma¬

jeflé du trdne, & les magiftrats les ont fans doute regardés comme tels, quoique M» SoJas prctendit qu'ils étoient in/éparables de fa caufe , & que c'étoit fon adverfaire qu'on devoit legarder comme le vrai coupable, puisque.5 par Ia méchanceté avec laquelle ü les avoit réunis <& préfentés, iï leur donnoit «ae exiftence nouvelle & les

divulguoit,

Os

Sluiten