Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

17 Mai 1785. On a choifl fur Ia tefralTe ÈJS*^ portion !ie nen 1P n §UKè 1 aPParte™nt de Monfei?new le Dauphin, dont on a fait un jardin

des V°Ut lG P"b!icP^levoirs'occuper destravaux ruftiques. Chaque rnatin le K01 vient manier avec lui ia béche & le 2' 'et,oul\ner la terre de fes mains wguftes & lui donner des lecons d'agricultu. re. ün ne fait fi c'eft fimplement pour amufer le jeune Prince & fatisfaire fon goüt, ce qUI ferpit encore trés louable de la part

?L * r8Jere & d°nnerok «cellente ZLtr fentimenï Paternels. Mais on doit préfumer encore que des vues politiques trTmruëeDte d'édu«tion & qï'on leut infpirer de bonne-heure ó 1'héritier d'un grand Empire agricofc le goüt d'un art qui en doit ftjre la richeffe & le bonheur. Les écono mücs furtout font enchantés de cefpeétacle

f! .fi;/ d" Cardinal d'Amboife, de

iton iesfinances, oppofés auxSyftêmes des Docteurs modemes. Tel eft le titre & le büt de J'ouvrage de 1'Abbé Baudeau en réfuta ion du volumineur traité de Mr. Necker

II eotreprend d'y prouver qu'en derniere analyfe le Syflême de l'ancien AdminiftS des finances tant admiré, n'aboutit, guant ó lafpeculation, qu'a faire prendre les acceï foires pour le priccipal, les effets pour

Sluiten