Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

EmBOURBÉE: 22i

avoit calmé 1'agitation de Fe'ücie Ie mieux qu'elle avoit pu. Hélas! lui avoic-elle dit, notre demoifelle, c'eft un cruel mal que d'aimer; mais il ne falloit pas tant défefpérer votre chevalier : efpérez cependant; il ne fera pas affez benêt pour partir comme un muet, fans rien dire, & peut-être alors votre cccur fe laüTerat-il aller. De pareils difcours avoient été longtemps 1'ailégement que Perrette avoit apporté a la défolation de la trifle Félicie.

Elles avoient toutes deux traverfé 1'endroit oü elles étoient, & leur chemin infenfiblement les avoit conduites dans le lieu le plus touffude Ia garenne d'Amandor.

La douleurde Félicie, a la vue de ceslieux fombres , n'avoit fait que croïtre • la folitude réveille 1'amour & Taugmente. Cet endroit étoit trop convenable a Ia paflion d'une dame de I'efpèce de Félicie, pour en fortir fans 1'honorer de quelque marqué de la fituation de fon efprit.

Perrette, fur qui ce lieu faifoit a peu prés Ie mêmeeffet, confeilla a Félicie'de s'yrepofer: on choifit un gros arbre, & épais, au pied duquel Félicie fe placa. Perrette, cette confidente digne de remplacer celle de Clélie même (s'ii eüt étépoflible) , s'aflit auprès de fa maitrefle, a qui les foupirs coupoient I'ufage de la voix; elle lui' fait repofer fa rite fur eüe , & d'un mouchoir , qui psut - être ne fe trouva

Sluiten