is toegevoegd aan uw favorieten.

Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. [...] Tome trente-troisième. Troisième classe, contenant les romans cabalistiques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Socrate." jets aux caprices de la fortune, & enfin tous fooinis a la mort. Eternels cependant dans leur efpèce, ils changent feulement en ce qu'ils fe fuc-cèdent les uns aux autres en forr peu de tems. Ils n'acquièrent la prudence que bien tard, & trouvent bientöt la fin d'une vie qu'ils palfent dans des misères continuelles,

Vous avez donc deux efpèces dëtres animés, les dieux qui different infinimënt des hommes'par 1'élévation de leurs demeures céleftes, par 1'éternité de leur vie & la perfection de leur nature , n'ayant nulle communication prochaine avec les hommes, puifquils en font féparés par un fi grand efpace; outre que la vie dont ils jouifient , ne fouffre jamais la moindre altération 8c eft éternelle, qu'ici-bas celle des hommes sëcoule & trouve fa fin, & que les efprits des dieux font élevés a la féhcité , & ceux des hommes abattus dans les calamités.

Mais quoi! Eft-ce que Ia nature ne s'eft point unie elle-même par quelqu'enchaïnement ? A-telle voulu fe divifer entre les dieux 8c les hommes , & demeurer, pour ainfi dire , intetrompue & imparfaite ? car, comme dit Ie même Platon, aucun dieu ne converfe avec les hommes, & c'eft une des plus grandes preuves de leur dignité, de ce qu'ils ne fe fouillent point par aucun commerce avec nous. On en voit quelquesrWns foiblement, j'en-