Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

'psxxyj L E T T R E.

mement dans fa compagnie, & peu-a-peu il fe faifoit aimer de tout le monde. A mefure qu'il gagnoit leur confiance, il s'ouvroit avec plus de liberté : il n'avoit montré d'abord que des facons aifées & une grande politeffe ; mais on s'appercut , après 1'avoïr fréquenté quelque tems, qu'il poffédoit prefque toutes les fcien.ces , & qu'il avoit un génie lupérieur en tout.

Nous employames des gens propres a s'infinuer chez lui, &qui devoient, dans la fuite, le confulter, comme un ami, fur plufieurs points délicats: mais il avoit tant de préfence d'efprit, & paroifioit en même tems parler avec tant de fincérité & tant d'art , qu'ils avouèrent être encore novices en comparaifon de lui. S'ifs parloient politique , il difoit,• fagement, qu'il ne convenoit pas aux gens de fon état de fe mêler des affaires des princes, ni de voulóir approfondir ce qui fe paffe dans leur cabinet. Slon faifoit tomber la converfation fur la religion, il paroifioit en être trës-bien inffruit pour un homme de fon état; & rien ne fortoit de fa bouche , qui ne fut parfaitement conforme a la foi catholique : il témoignoit même, pans toutes les occafions beaucoup de refpeft pour 1'autorité de 1'églife. Les plus clair-voyans

Sluiten