is toegevoegd aan uw favorieten.

Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. [...] Tome neuvième. Première division de la première classe, contenant les voyages imaginaires romanesques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Ö34 LTsle inconnue;

» II feroit, je crois, fuperflu, ou peut-être même impoffible, d'entrer dans de plus grands

deCaftro, de La Motte; Spartacus, de Saurin; Iphige'nie en Tauride , de La Touche, ont obtenu des fuccès conftans, & mérité des iauriers a leurs auteurs (a).

» Les belles tragédies de Voltaire fufEroient feules pour rimmortalifer; mais ce génie vafte, Sc ambitieus: de gloire , u'a pas voulu fe bomer i celle qu'il en tiioit; il a parcouru toutes les routes qui mènent un. écrirairj a la célébrité , & par-tout il s'efl: difljngué de fes concurrens. II eft le premier , en France , qui fe foit fait un nom par un poeme épique , digne de pafler i la poftérité. Des poéfies légères Sc variées, qui femblent couler naturellement de fa plume, brillanre d'efprit, de fel, d'agrément, lui donnent, en ce genre , une place très-diftinguée parmi les anciens & les modernes. Ajoutons qu'il a fait des romans gais & critiques, qui attachent les le&eurs par une fine plaifanterie. II a. écrit l'hiftoire d'un ftyle aifé, vit, Sc agréable ; enfin U a publié plufieurs ouyrages philofophiques , ou il na.

O] La mort, qui a enlevé Crébillon en 1762* & Voltaire en 1778, a privé le théatre frangois de fes deux plus grands. tragiquesj mais il en refie d'autres qui confolent Melpomène.. Le père de Denis le Tyran, & de cette Cléopatre, digne d'un. fiècle moins léger, que fes nombreux ouvrages nous montrene^ d'ailleurs comme un des premiers littérateurs de 1'Europe ; les auteurs d'Hypermneftre , de Warvick , de Phi'octèce, de Manco» des Druïdes, des Illinois, de Zéangir , &c. &c., raüurent Ia nation fur la crainte que la Mufe tragique ne refte déformais en France dans une défolante viduité. .No?e de l'éditeur, '