Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

35° V Ó Y A G E S

» qui lui fafle quelque plaifir , c'eft lëlpérante » de vous voir, & de vous dire de bouche k » quel point la perie de fa fille 1'afflige. Souffrez » que nous vous ayons une nouvelle obligatiom » ayez la bonté de dire aux gens de,notre » pays qui fréquentent votre bourfe , oii nous » pourrons vous trouver , afin que nous ne » foyons point embarraffés a vous chercher, » quand nous ferons arrivés a Londres».

Je fus extrémement touché du malheur de mon ami; fur-tout croyant que j'en étois, en quelque manière, la caufe, quoique fort innocente. J'avois déja conté k ma femme tout ce qui m'étoit arrivé a Saint-Salvador ; de forte quëlle prit aufli beaucoup de part a 1'affliftion de don Ramirez, d'autant plus quëlle s'étoit vue h la veille d'un pareil défaftre par rapport k fon propre enfant. Après avoir donné quelque tems a ces triftes réfléxions , j'ouvris une autre lettre qui venoit de don Antonio, & qui étoit concue en ces termes.

Mon cher ami,

» Nous avons recu votre lettre avec un plaim fir inexprimable; mais comme je fuis Ita» Hen, je n'ai pu voir fans jaloufie la joie que » ma femme a fait paroitre en la lifant. Cëfl w bien pis a préfent quëlle déclare quëil®

Sluiten