Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

22» L A M E K ï 5,

lafages de l'hymen, auxqirels je devois êtreinmiolée ; la manière dont je m'exprimai fur ce fujet Ie furprit & l'attendrit. Ah.! ma fille % s'écria-til, en. m'ernbraffant une feconde fois j que les dieux foient loués ï a cette élévation, d'arose je reconnois mon fang, &c le préfent du ciel depuis fi long-tems annoncé. Faffe le même ciel, que les indices que vous me donnez, foient conformes k la grande prophétie (i}.

(') La tradition portoit qu'un jour le peuple. affemblé. dans le temple de Fulghane-, pour implorer fa miféricorde, au fujet d'une ftérilité générale qui avoit fait furvenir la famine, le fimulacre du dieu tourna le dos au, peuple, trembla, & jetta un grand cri; le peuple, confterné de cet affreux préfage , fe jetta par terre , & redoubta fes clameurs : un éclat de tonnerre augmenta 1'effroi, renverfa la voüte de 1'édifice , & laiffa voir le ciel enflammé ; une voix bruyante fe fit entendre dans les airs , qui prononca ces mots:« Tu ne régneras pas. toujours, 6 Fulghane ; tes autels s'anéantiront , lorfqu'une princeffe verra fon père & re-cevra de 1 ui mon nom & mes loix.»

Après ces paroles proférées , une. muftqne divlnechanta :« Loué Uh% 1'être des airs ; une princeffe triomphera. de Fulghane , renverfera fes autels & fes mi-, sjiftfes. , fera enlevée du milieu de fes fujets blafphéjgiateitrs, trouvera dans le centre de la tsrre un fidele qui deviendra le reftaurateur du vrai culte, qui dépofera. las os de foo père & de feu, roi, & leyenu en fon, rpyaume K y batira un temple a Wilkpnhjs,

Sluiten