Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i3i Voyage

Ces artifices firent fi bien leur effet, que Ie roi, vivement piqué contre la reine, fe fépara tout-afait cTelle.

Mon chemin au tróne étant donc folidement tracé, je n'avois autre chofe a faire que d'abandonner le roi a fes defirs, fure qu'ils me meneroient naturellement au but ou je tendois.

Je fus faite marquife de Pembrok; mais 1'attente d'un titre plus illuftre ra'óta le fentiment de cette digmté, que je regardois comme une bagatelle, en comparaifon de celle dont j'efpérois de me voir bientót revêtue. En effet la paffion du roi devint tellement impatiente, que dès que je fus marquife, je devins fa femme en fecret.

Mon ame fembloit avoir pris des affections toutes royales. Ma dignité' 1'enveloppoit entièrement. Mes yeux éblouis & rroubiés par 1'éclat du tróne, ne voyoientplus mes intimes amis, que comme des étrangers que j'avois pu rencontrer anciennement.

Enfin je reffemblois 1 un homme qui, placé fur une pyramide trés-élevée, ne voit dans les créatures qui font au-deffous de lui, que des nains qui rampent fur la terre. Cet afpeft avoit tant de charmes, que je ne faifois pas attention qu'en defcendant quelques marches, qui étoient 1'ou- . vrage des hommes, je devenois femblable a ces nams qui paroiifoient fi mépiifables.

Sluiten