Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Munster & ColooNe. 509

I quoiqu'ami d'ailleurs de la France, I il dit au Roi que fes conquêtes allarI maienrnon feulement 1'Empire GermaniI que,tnsis encore les Puisfances duNord, I & qu'on lèrait obligéde prendre d'autres I mefures, s'il n'y vculait pas mettre des I barnes. Le Roi lui demanda, fi le Roi I de Suede voulait lui faire la guerre? I L'Ambasfadeur répliqua, qu'il vouI bi' dire föulement que la Suede romI prait avec 1'Angleterre, fi elle ne ces1 fait pas d'errtrptenir Ia guerre."

'lelies ftirenc les heureufes fuites I des alliances formées contre Ia Fnnce. 1 La République eut le bonheur de voir I biertót le théatre de Ia guerre entieI rement éloigré de fon territoire.LePrince 1 d'Orar ge ne contribuait pas peu a fe | eender, par Ibn courage Sc, fa conduiI te, 1'heureux tour que prenaient le; 1 -affaires. Il commengait a goürer. Ies douceurs du cemmandenjen':. 11 y é tan d'ainant plus fecfible, que fes pre tl miers projets lui avaient atthéfamourc" I les fiiffrages du peuple : & ccmme'un !' paix strop prerapte lui auraient fait perdr i ces avances, ilcroyait qu'il était de fo interêt de la recuier. Il fe flsttaitqu le tems qui répare les affaires les fit defespérécs , rétablirait celles di Provinces-Ur-'es , errrme il ava iéiabli les fier.ncs. Ma;s les ffccc< Terne yll. ï

^73»

ces d? Ii B-épubüqm

: 1674.

s s s t

is

Sluiten