Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L E T T R E V. 21 J

fc> qu'il conviendra d'établir la police gésa nérale de la cité, fi nous fommes fages, I b nous n'écouterons & nous ne confulterons » que le dieu dont nous defcendons ; placé w au milieu de la terre & fur fon centre , *> les réponfes qu'il donne, font celles d'un I » pere a fes enfans ». Diodore de Sicile , I liv. 16, dit de même que les Athéniens | lè glorifioient d'avoir Apollon pour le preI mier de leurs ancêtres.

( 13) La facon de deviner de cette phryI gienne étoit la rabdomancie, divination 1 qui fe faifoit par le moyen des baguettes, 9 & que le prophete Ofée , chap. 4, verf. ra, 1 reproche aux Hébreux en ces termes: « Mon 9 »3 peuple a interrogé du bois, & fon baton I »> lui a prédit 1'avenir ». Ce que S. Jéróme dans fon commentaire fur ce prophete, dit être la rabdomancie. Cette efpece de prétention a la connoilTance de 1'avenir, remonte comme on le voit a la plus haute antiquité. Hérodote, liv. 4, en parle expreffément. Les Scythes ont, dit-il, une quantité de devins qui exercent leur art avec des baguettes de faule ; ils en apportent de grands fagots qu'ils pofent a terre, qu'ils

Sluiten