Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L 2 T T R £ XXX. I4I

»o fut le temple de la vertu, & le crime » fut long-tems fans ofer violet fon fancsj tuaire. Les premiers hommes, frappés des *> malheurs qu ils venoient d'éprouver , déo> pourvus d'efpérance , n'ofoient plus s'oc*> cuper d'établiifemens en faveur de la pof«térité : la crainte de la fin du monde fut .=»long-tems fans les quitter. En un mot, » toutes leurs vues fe porterent vers une => vie futute-, vers oe bonheur éternel qu'ils » y efpéroient, & dont ils fentoient bien s> qu'ils ne pouvoient fe rendre dignes que s' par une foumiflion parfaite a 1'être fu» prême,, Ia pratique des vernis fociales , & k> un renoncement abfolu aux 'biens de ia' « terre , que tant d'accidens pouvoient leur » 'enlever w. Voye\ l'Antiquité de'voilée par fes ufagès, liv. 6, ch. z. N'a-t-on pas vu bien poftérieurement les peuples frappés par 1'apparition de quelques phénomenes extraordinaires dont ils ignoroient les caufes naturelles, être faifis des mêmes terreurs, regarder la fin du monde comme prochaine fe dépouiller de toutes leurs polTeflions, & fe livrer k des pratiques que la fuperftition, plutót qu'une piété vraiment éclairée, leur préfentoit comme le moyen le plus affuré Tome IL, L

Sluiten