is toegevoegd aan uw favorieten.

Théorie des loix criminelles.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i 79 1

générale pour trouver les caufes de la mendU cité, & d'une méthode de cure qui fe modiflera fuivant les lieux & les circonftances. Telle eft celle dont je préfente ici le canevas, elle eft fondée fur un enchalnement de faits faciles a conftater.

La mendicité eft le fruit de la mifere qui eft ellemême produite par mille accidens furvenus , foit dans les produdions de la terre, foit dans le produit des manufadures, foit dans le hauffement des denrées, dans un excédent de population, &c.' Le remede doit être dans la nature même de chaque accident: principe qu'indique le feul inftind du bon fens & dont on ne doit point s'écarter.

Si 1'on veut donc trouver les véritables caufes de la mifere , il faut que les fouverains faffent faire chaque année dans chaque province, ville, bourg, &c. un dénombrement exad de la population, des produdions, des manufadures , des vices du climat, de fes reflources. La feront confignés 1'état de chaque citoyen, le montant de fon fakire, le nombre de fes enfans , le prix des denrées , &c. Pour faire ce dénombrement, on établiroit dans chaque capitale de province, fous la dépendance d'un bureau fupérieur, un bureau général, dent reflbrtiroient les bureaux de« villes