Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

1145 j

qu'une chofe a été faite, & par Ie möyen deC quels on peut parvenir a la connoiftance cle la chofe qu'on veut découvrir. Les indices marquent qu'une chofe a été faite, comme le fyftême de Ptolomée marqué le vrai cours de 1'univers célefte. Un crime n'eft qu'un hieroglyphe. Pour avoir trouvé une clef problable, eft-on certain d'avoir trouvé la véritable ? Ainfi un faifceau d'indices marcjue qu'une chofe a pu être faite, mais non pas qu'elle a été infailliblement faite. Ainfi pa r le canal de ces indices on parvient quelquefois a faifir la vérité , mais on ne la faifit pas toujours infailliblement. On eft toujours plus prés de la vraifemblance que de la vérité, & la vraifemblance n'eft point une démonftration judiciaire.

Un indice ne pourroit prouver qu'autant qu'il auroit une liailon intime & néceffaire avec le fait principal. On connoit les caufes par les effets , mais c'eft lorfque ces effets ne peuvent découler que de la caufe a laquellc on les attribue. Lors donc qu'il eft poflible que plufieurs caufes différentes aient produit un effet, n'eft-il pas déraifonnable alors d'affirmer infailliblement 1'origine de cet effet ? Que Newton ait deviné le profond fyftême de l'attraétion, le fage dit : cette hypothefe eft vraifemblable; Fenthoufiafte ou 1'ignorant s'écrient que les vrais criminaliftes re£

Sluiten