is toegevoegd aan uw favorieten.

Tijdschrift van het Aardrijkskundig Genootschap, 1938, 01-01-1938

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(127)

En outre, les habitants des terrains bas de ces régions sont trés incommodés par les suintements des eaux souterraines, dont le niveau varie avec le niveau de 1'eau des rivières: Rijn, Waal, IJsel, Maas. Aussi y trouve-t-on plus de paturages que de champs de labour, et encore les produits de ces champs servent-ils le plus souvent de nourriture pour les bestiaux, de sorte que 1'élevage est ici le moyen principal d'existence. La race caractéristique des bovins pie-rouge se prête mieux a 1 engraissement que le bétail pie-noir de nos régions argileuses marines. Toutefois 1'industrie laitière est aussi dans ces régions la principale ressource des paysans, et les déchets de la laiterie servent a nourrir les porcs, trés nombreux dans ces contrées qui ont acquis une grande renommée par leur culture fruitière sur les présvergers (voir ci-dessous: horticulture). Une partie spéciale de cette région est formée par les terres argileuses fluviales de Noordbrabant, qui sont souvent inondées en amont de 's-Hertogenbosch par la Maas et par 1'eau des ruisseaux de 1'est de la province de Brabant et, en aval, par les eaux tant fluviales que marines. Ces régions sont a peu prés inhabitées et sont employées pour la plus grande part comme terres a herbe et a foin. Cependant, dans les dernières années, 1'amélioration des conditions hydrographiques favorise la culture du blé.

Sous plusieurs rapports, 1'emploi du sol au Zuid Limburg est pareil a 1'utilisation de la terre dans les régions argileuses fluviales. La terre loess (limon) trés fertile est utilisée moitié comme champs de culture, moitié comme paturages. Les prés, ici également parfois prés-vergers, se trouvent sur les versants qui sont trop abrupts pour la culture arable, ce qui est le cas surtout au sud de la Geul, tandis que, au nord de la Geul, on peut observer une extension de 1'exploitation animale, surtout a la suite de 1'essor ds 1'industrie houillère qui a augmenté les besoins en viande, en lait et en laitages pour les nouvelles agglomérations urbaines.

Les régions sablonneuses d'une superficie de i 500 000 ha, situées au sud et a 1'est de notre pays, forment la partie agronomique la plus importante de la Néerlande. Des habitants venus de pays situés plus a 1 Est et au Sud se sont établis depuis les temps préhistoriques, dans quelques contrées plus fertiles situées prés des petits cours d'eau; la^ plus grande partie de ces régions est restée inculte pendant des siècles. Les moutons de bruyere et le rare bétail n'y servaient pas seulement a la production de la viande, du lait, de la laine et des peaux, mais en même temps a la production du fumier, sans lequel la culture du seigle ne pouvait exister (le seigle servait surtout a faire du pain). Comme il a déja été écrit dans le chapitre sur les défrichements, auquel nous renvoyons ici, 1'introduction de 1'engrais chimique a apporté un changement radical. Une transformation compléte du métier agraire en a eté la suite; les terres de bruyere collectives, appartenant a un groupe déterminé de corps publics juridiques les „marks", pouvaient se diviser, et se défricher en terres arables ou, le plus souvent, en