is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres dramatiques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

si3

LETTRE

déplacée, c;ffe d'être une beauté & devient une faute impardonnable ; Racine ne 1'a commife qu'une feule fois paf le brillant hors de propos de fon récit de Théramene ; Corneille s'eft attiré fouvent cereproche, furtout dans fa Mort de Pompée. Nos gens de lettres, au com ■ mencement du dernier fiede, avoient confervé cette abfurdité, refte de Ia barbarie gothique. Scudery fait dire par un de fes héros a fa maltrefle :

Je ne viens point ici, beau thef-d'ceuvre des deux , Forté comme autrefois d'un vol audacieux, &C.

II en eft du ftyle comme du coioris (i) ; les diverfes nuances fondues & mêlées avec art doivent former une couleur qui foit celle de la

CO Ne pourroit ■ 01 pas comparér encore le ftyle * la mufique, oü il faut une réunion d'accords diffélenis, pour compofer un corps d'liarmonie ? C'eft du plus ou dn moins de talent & d'habileté dans le mélange des tous , dans Ia convenance de leurs rapports, que réfulte cet enfemble de fons qui (latte 1'oreille, & ïépand fon charme jufqu'a 1'ame. Que de parties il safTembler pour former un bon ftyle ! Au refte „ vijigt vers de Racine & des morceaux de profe de IPafeal, de BofTuet, de Fenelon , répandroient plus de htrakïe fur ce fujet , que tous les élénrents qu'os j«usroit imaginer.