is toegevoegd aan je favorieten.

Histoire de Cicéron, tirée de ses écrits et des monumens de son siecle.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

r>e Cicéron, Ltr. 11. riïédecin , Vol u fins fon devi», & Valerius fon huiffier. En vain Scandilius s'obftina-t-il a demander qu'on lui donnat des magiftrats pour juges, ou que 1'affaire fut renvoyée a Rome; le préceur répondit que dans une caufe oü fa propre réputation étoit intéreiiée, il ne pouvoit fe fier (a) qu'a. fes amis, & Scandilius ayant refufé de produire fes preuves devant un tel tribunal, Verrès lui impofa une amende de cinq mille écus , au profic même d'Apronius.

C. Heius, un des principaux citoyens de Meffïne, qui vivoit fplendidement dans une des plus magnifiques maifons de la ville , oü il fe faifoit honneur d'accorder le droit d'hofpitalité aux principaux magiftrats romains, avoit une chapelle domeftique batie par fes ancêtres , & décorée de plufieurs ouvrages de fculpture d'une valeur ineftimable. On y. voyoit en marbre un Cupidon de Praxitele , & en cuivre un Hercule de Myron avec un petit autel devant chaque divinité, pour

(a ) Hic tu medicum & harufpicem & pracenem tutwn recuperatores dabis ? Bid. 60. Ifte viros optimos recuperatores dat, eundem illum medicum Cornelium, & harufpicem Volufianum , & Valerium prxconem. Bid. ir« Scandilius poftulare de conventu recuperatores. Turn ifte negat fe de exiftimatione fua cuiquam , nift fuis, com-

miflurum cogit Scandilium quinque illa millia nun*,

mum dare atque adnumerare Apronio. Bid. 60.

Kij