is toegevoegd aan uw favorieten.

Le cabinet des fées, ou Collection choisie des contes des fées

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

44* Le Gentilhomms

moi mes armes & mes bottes, va feller mon petit Bucefale : Ah ! ah ! l'impiiderit, il vient oü je fuis, je lui apprendrai de quel bois je me chauffe. Alain le regardoir, fort étonné, Eft-ce donc tout de bon, monfieur, lui dit-il, que vous voulez vous armer? votre tête eft encore bien malade, & 1'aventure du lit a beaucoup endommagé vos pauvres épaules.

La Dandinardière feignit de ne pas écouter Alain , & faifant comme s'il fe fut entretenu luimême : Mais aux ames bien nées, difoir-il, la vertu nattend pas le nombre des années. Puis , continuant, il s'écrioit d'un air vif & courageux: Paroiffei Navarrois, Maures & Cajlillans. II conrinuoit ainfi de répéter des endroits du cid, Sc fe favoit un gré admirable de 1'heureufe fécondité de fa mémoite.

Pendant qu'il sëxcitoit a fe battre il fe trouva armé , puis monta fur fon palefroi qui étoit beaucoup plus gai que lui, paree qu'il y avoit plufieurs jours qüil mangeoit de bonne avoine. II fautoit & faifoit le mauvais. Le Dandinardière ne laiffa pas de prendre le chemin du bois, fa lance a la main, dont il donnoit d s coups fi terribles contre les branches, qüil en tomboit plus de hannetons que de feuilles en automne. Le grand bruit qu'il faifoit, obligea toutes les dames de fe tourner.