is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres dramatiques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

SUR EUPHÉMIE. 229

Kature même; il n'en faut ni de tranchantes , ni de trop faibles; un cboix heureux d'expreffions, de 'tournures , de cadences ; une variété de phrafes & de périodes ; de la naïveté fans basfeffe; du noble fans bouffiffure; du fublime fans gigantefque ; partout une élégante ilmplicité : voilé les parties néceffaires X1) a ^a compofition d'un ftyle qui plaife dans, tous les - tems. Les écrivains qui n'ont qu'un ton. & une pompe uniforme , reffemblent a ce peintre ignorant qui voulant employer des couleurs riches & cheres, ne fe fervoit uniquement que d'outremer & de carmin. LesGrecs, que je ne me Iafterai point <öe citer comme nos modeles , ne font jamais parler leurs perfonnages qu'a propos, & ils leur prêcent le langage qui leur convient. II faut avouer que leui langue eft bien fupérieure a la

(ij Ce feroit ici 1'occafion, fi 1'on ne cra;gnoit de pafler les bornes qu'on s'eft prefcrites, d'iiterr'oger' les gens de goflt fur ce qui difTérencie Ie flyle ampoulé, du ftyle fublime; le ftyle faible, du flyle facile; le ftyle bas, du ftyle familier; de fe plaindre de Pextinction de certains mots qui avoient de la noblefie, comme fon penfer , fes penfers; de proporer enfin quelques idéés fur une langue oü il n'y auroit ni adverbes, ni snême d'adjectifs , & qui, réduite aux noms & aux verbes, en acquerroit plus de vigueur & de préciiSen, &c.

K 7